Le jour où j’ai arrêté d’avoir peur

Aujourd’hui, je suis une jeune femme qui réalise ses rêves, coûte que coûte.

Mais je ne suis pas née comme cela. Je ne suis pas née avec cette confiance en moi, cette foi en la vie, cette façon de penser. J’ai été élevée dans un carcan, où quelque part, sans qu’on ne m’impose rien, je voulais construire une vie tranquille et surtout avec de la sécurité.

Il fallait être raisonnable. Ce n’est pas ce que mes parents me disaient attention, mais j’ai ressenti ce poids très jeune, à l’école, pendant mes études, auprès des autres peut être… Je ne sais pas exactement mais il était là. Ce sentiment que nos rêves sont trop grands pour nous.

Je me suis retrouvé à 21 ans, à faire un métier que j’adorais dans une ambiance que je détestais, où je me donnais à fond, finissant par tomber malade sans raison, être à fleur de peau quasiment tout le temps, râler en me levant le matin. Mais au final, je faisais un grand sourire et ça passait. Comme toujours.

Dans ma vie amoureuse, je ne savais pas du tout ce que je voulais et je crois que j’étais prête à tout accepter, tant que je restais loin de qui j’étais vraiment. Ne pas s’écouter, surtout, ne pas s’écouter.

J’avais envie de partir vivre à l’étranger, j’avais envie de voyager, mais si personne ne me donnait la main pour le faire, je ne l’aurai pas fait.

Et puis je me suis séparée, je me suis cherchée, j’ai trouvé l’Homme, le vrai, celui qui était prêt à accueillir chaque petit morceau de ma mosaïque interne, même les moches, même les difficiles à comprendre. Et un jour, cela faisait un mois que l’on était ensemble je crois, il m’a dit : « viens on démissionne, on part vivre en Angleterre. »

Alors oui, là bien sûr qu’il y a des peurs qui remontent à la surface. Mais voyons je ne peux pas, j’ai mon CDI, t’imagines dans les circonstances actuelles, nous avons un appartement, et puis, on doit garder nos économies. (on doit garder nos économies pour quoi d’ailleurs ?).

Mais quelque part, il y avait ce discours de mes patients en fin de vie qui résonnait en moi : « Vivez vos rêves ! La vie est trop courte ! » Alors j’ai foncé avec lui.

Et ce voyage là, m’a permis de me dire que j’étais capable de faire quelque chose par moi-même, que je pouvais suivre mes rêves et que rien n’allait s’écrouler, pas même mon compte en banque. Je suis rentrée en France à nouveau, j’ai retrouvé un poste rapidement, pas lui, on a vécu chez mes parents pendant trois mois, mais rien ne me faisait regretter ce choix.

Je n’avais qu’une envie repartir. Et c’est ce qu’on a fait. Aujourd’hui, ma vision de la vie a complètement changé. Mais j’ai du me prouver que mes peurs étaient irraisonnées, que je m’en sortais toujours, que ma vie commençait là, quand je poussais cette porte de sortie.

La vie n’est pas faite pour être raisonnable. Tout ce monde rempli de beauté n’a pas été crée pour se restreindre jusqu’à notre mort. Et je suis même persuadée que si vous voulez donner une chance à vos rêves, quelque chose, là haut, vous ouvrira des portes pour vous faciliter la vie. Bien plus que quand vous créez de la résistance pour ne pas les entendre en vous.

Et vous, quels sont vos rêves? Vous commencez quand à les réaliser?
Venez en discuter avec moi si vous souhaitez que je vous accompagne dans votre cheminement. 

9 réflexions sur “Le jour où j’ai arrêté d’avoir peur

  1. uneviedecoquinou dit :

    Coucou!! C’est tellement vrai ce que tu dis…il faut en profiter au quotidien et faire ce qui nous trotte en tête! Pour ma part, c’était mon blog (pas trop énorme pour le moment) et pas que…à voir avec l’avenir 😊

    J'aime

  2. lartdeflaner dit :

    J’adore cet article qui fait un peu penser à mon expérience. Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir réaliser mes rêves: voyager avec mon compagnon avec qui nous formons une très bonne équipe. J’ai toujours eu comme désir de voyager mais je pensais que je n’allais pas pouvoir le réaliser. Nous avons « tout » ce que nous voulions: une maison et une relation paisible. Ce qui me manque, c’est du temps pour faire ce que j’ai envie de faire en dehord du boulot et des vacances pour voyager plus encore… Mais ça, je crois que c’est difficile d’y remédier 😋 Une peur: être enceinte. J’ai cette peur depuis quelques années seulement mais je reste positive en me disant que je ne suis tout simplement pas prête.

    J'aime

      • lartdeflaner dit :

        Oui exactement… Mon conjoint est bien au courant. Je lui en parle de plus en plus et il essaie de me rassurer. En fait, j’ai eu un petit déclic dernièrement alors peut être que j’ai moins peur maintenant. Après 2 ans d’appréhension… Merci pour ta bienveillance. A bientôt !

        J'aime

    • alchimiecoaching dit :

      Depuis deux ans, cela a bien changé vis à vis de cette préoccupation ! ^^
      Je crois qu’au départ c’est une peur normale, la société nous bassine tellement avec cette « sécurité »… Ma vie est bien plus folle aujourd’hui mais je suis pleinement heureuse et ça vaut toute « l’insécurité » du monde !

      J'aime

  3. kikimagtravel dit :

    C’est tellement bien raconter et toujours avec les bons mots! Il faut se donner des chances à nous même pour réussir à réaliser ses rêves et arrêter d’avoir peur. Ses peurs parfois invisibles à l’œil nu nous empêche de réussir, il faut se poser les bonnes questions 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s