Le jour où je me suis rappelée que j’avais de la chance.

C’est un soir comme un autre où l’on a préféré ne pas allumer la télévision et se réfugier directement au lit, dans les bras l’un de l’autre.  Moi, un livre à la main. Lui, juste posé là à regarder le temps passer. Il m’interrompt à chaque page pour me raconter un bout de sa journée et j’adore ce moment, le livre n’est qu’un prétexte.

C’est à ce moment là, dans ce silence qui prend toute la pièce que je lui dis : « On a de la chance hein ? »

-Oui, il me dit d’une petite voix, ne comprenant pas trop.

-Non mais, on a de la chance vraiment. D’être ici, d’être ensemble. On a de la chance de vivre sans cette région du monde, dans ce bout là de la France. On a de la chance de pouvoir se lever le matin et de faire absolument ce que l’on souhaite, sans stress. On a de la chance de s’aimer tous les deux, de s’être trouvé. Tu sais , il y a des tas de personnes qui sont tristes parce qu’elles sont seules ou parce qu’elles sont accompagnées mais se sentent si seules. On a de la chance d’être accepté par nos proches pour nos choix, d’avoir pu voyager autant, d’être des personnes faciles à vivre ce qui fait que l’on n’est pas souvent en colère l’un et l’autre. D’avoir cette maison avec un jardin, de pouvoir manger des légumes qui poussent juste à côté de chez nous, de pouvoir voir les plantes changer de nos propres yeux de jour en jour, de pouvoir être là à vivre ce moment.

Enfin voilà, je me disais cela juste comme ça : j’ai de la chance.

Je ne crois pas avoir besoin de plus ou de mieux, je me fiche de ce que je vais devenir ou de ce que j’ai à faire demain. Je crois que l’on peut arrêter de vouloir que tout fonctionne parfaitement, de se mettre la pression pour certaines choses, on est déjà bien là, tout ça ne risque pas de s’envoler… Alors on peut juste apprécier cela non? »

Nous avons des tonnes de raisons d’éprouver de la gratitude, mais nous oublions souvent de le faire. Nous vivons un moment, un autre et puis la journée passe, la semaine, les années, et nous oublions de presser pause ici pour se rappeler à quel point nous sommes chanceux d’être vivants.

J’ai des conditions de vie hyper faciles, et je trouve quand même un moyen de me stresser pour avoir tel ou tel résultat, de me prendre la tête parce que le sel n’est pas rangé à sa place ou de me rappeler toutes ses choses « que je dois absolument faire aujourd’hui ». Alors il est essentiel pour moi de me ramener à l’instant zéro, celui là même qui passe sous vos yeux, pour me rappeler tout ce que j’ai de magnifique et qui me rend véritablement heureuse. Ces souvenirs qui viennent s’ajouter aux merveilles de ma vie et dont je me rappellerais surement sur mon lit de mort. Ces moments là comptent, et souvent ils nous semblent anodins.

Peut être que vos conditions de vie ne sont pas faciles, mais ce qui est sûr, c’est que vous trouverez toujours une raison d’éprouver de la gratitude pour un petit détail de votre vie. Pouvoir lire ceci est une chance, respirer, ne pas avoir mal, marcher, être en sécurité est une chance.

Faites votre liste de ces toutes petites choses, ces moments qui passent et qui vous font éprouver de la gratitude. Cela m’a permis ce jour là, de réduire mon stress, mes attentes quant à l’avenir car rien n’est jamais trop grave quand on a déjà tout ça. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s